Miraj électrifié

Miraj

Quel bon planeur, qui est rapide, acrobate et même très bon gratteur. D'où l'idée de le motoriser pour en profiter lorsque bien gratter ne suffit plus.

Mon Miraj "non élecrique" porte à l'avant une batterie Eneloop  et du plomb , au total 230 g.
J'ai trouvé une propulsion électrique de poids égal:

Le poids: moteur 78gr, contrôleur 28gr, hélice + spinner 30gr, Lipo 93gr....total = 229 g.

Voici la liste des composants et voici leur référence  chez Lindinger

Le moteur non réducté est simple et bon marché. Il a un inconvénient :  les fils qui  sortent à l'avant du moteur sont encombrants et il faut les faire sortir hors du fuselage.
On pourrait choisir un moteur avec réducteur, ce qui évite d'ouvrir l'ogive pour faire passer les fils.
Voici deux exemples tout aussi légers , plus performants mais plus chers:

Montage

Le moteur a un diamètre de 28mm, il rentre de justesse mais pas les fils d'alimentation.Il faut une ouverture pour faire passer les fils en dehors du fuselage.



Couper l'ogive à 30mm et découper le support du moteur dans une plaque de fibre de 1mm.
Le support est ovale . Je le fixe 1mm à l'intérieur du fuselage pour disposer d'un bon joint de collage.
Forer 4 trous pour les vis (dimensions :voir le site de Hacker) et les 4 trous d'aération car il faut veiller à refroidir le moteur . Le spinner Reisenauer contribue au refroidissement.

La contre-ogive sera raccourcie pour laisser la place au moteur.
Une cale en bois rigidifie la contre-ogive et servira de cale pour la batterie.

L'ogive sera pourvue d'une petite trappe pour accéder à la batterie.

L'ogive sera fixée à la contre-ogive par une ou deux vis dont les écrous sont bien accessibles grâce à cette trappe.
Ceci ne sera démonté que pour accéder aux servos ou à la radio.


Un bout de fibre provenant de la contre-ogive évite que les fils touchent la cage tournante.
Remarquez le spinner avec son élastique pour replier l'hélice. Il se démonte avec une simple clé allen passant par le trou, bien visible sur la photo.
Ce système Reisenauer me semble bien conçu.



Essais en vol

Le lancement est très facile , pas la peine de courir. Un petit mouvement de bras et la traction du moteur fait le reste.
J'ai mesuré 8 m/sec au cours d'un des premiers vols. Au moteur, je laisse l'aile en lisse.

Le variateur initial était un YGE40 que j'avais dans un tiroir. Son BEC de 3 ampères n'est pas suffisant lorsqu'on sort brutalement les crocos. Il sera remplacé par un CstleCreations Talon 35.

La pesée  des fuselages:
-mon premier Miraj 710 gr, non électrifié
-ce Miraj électrique 698 gr